Les musiques actuelles sont-elles réellement des espaces de diversité(s) ?  

VENDREDI 3 DECEMBRE – 10h30-13h00
Table ronde proposée par la FEDELIMA (Fédération des Lieux de Musiques Actuelles) 

Lors des trois dernières éditions de Rencontres et débats des Trans Musicales, la FEDELIMA a initié un cheminement collectif qui nous invite à appréhender la notion de diversité dans les musiques actuelles et en résonnance, celle des discriminations qui peuvent y être à l’œuvre. En effet, la problématique initiale à laquelle nous tentons de répondre par ce biais, s’articule autour d’une interrogation centrale qui pourrait se résumer ainsi : les musiques actuelles proposent-elles de réels espaces d’accueil et d’expression des diversités de notre société ? Font-elles œuvre d’inclusivité ? Ne sont-elles pas elles-mêmes pas vecteur de discriminations ?

Alors que les questions d’égalité entre les femmes et les hommes, entre les genres sont de plus en plus partagées dans l’espace public culturel, celles liées plus largement à la diversité des personnes, à la question de l’altérité de la multiculturalité le sont beaucoup moins. Aussi peut-on toujours se demander si les musiques actuelles constituent réellement un endroit non-discriminant, un espace de dialogue et de construction avec la société dans toute ses diversités ? 

Sans aucunement vouloir minimiser l’articulation des rapports de domination, que nous aurons sans doute l’occasion de rappeler sur cette table ronde, nous avons choisi de questionner plus spécifiquement sur cette édition 2021 de Rencontres et débats, la notion des discriminations raciales dans les musiques actuelles.

Partager des analyses, des observations sur ces enjeux nous semble déjà être une étape essentielle à une prise de conscience collective qui nous invitera sans doute à faire évoluer nos représentations, nos paradigmes pour ensuite pouvoir faire évoluer nos modes de pensées et d’actions possibles.

Il s’agira également de nous demander quelle autre narration pouvons-nous collectivement construire pour échapper à la tentation de la division et de la stigmatisation ? Quel récit collectif pouvons-nous élaborer pour nous aider à avancer vers l’acceptation des différences, de l’altérité qui posera des bases solides pour une société davantage vécue en solidarité et en équité ? 

Intervenant·es :

• Blick Bassy, artiste,
• Sophian Fanen, journaliste, co-fondateur de www.lesjours.fr, web média indépendant, auteur de la série « Musiques noires, or blanc »,
Naïma Huber Yahi, historienne chercheure associée à l’Urmis/université Côte d’Azur et directrice adjointe de l’association Villes des musiques du monde,
Obi, artiste,
Karima Ramdani, docteure en sciences politiques au GTM/CRESPPA,
Thérèse, artiste et styliste, 

Captation vidéo de la table ronde : La Cantatrice Chôme

INFORMATIONS PRATIQUES
Table ronde
VENDREDI 3 DÉC
10h30-13h00

Auditorium de la Maison des Associations