Ressources

2015

A l’occasion de sa 8ème édition, Rencontres & Débats donne une nouvelle fois aux acteurs la place et le temps d’interroger les problématiques en jeu dans le secteur culturel.  Et parce que la culture est l’affaire de tous, les publics sont bien sûr invités à participer.

De quoi sera-t-il question ?

Du social et des ressources humaines, largement questionnés ces derniers temps et témoins de la professionnalisation du secteur comme du besoin croissant de trouver des modèles de structuration adaptés et cohérents.

Ou encore de l’attention particulière portée aux publics, et plus généralement aux parties prenantes d’un projet : évaluation de l’utilité sociale, étude sociologique des publics, enquête sur les pratiques numériques des jeunes, potentialités du Design Thinking… Mais aussi de la notion de territoire, au regard de son influence sur la programmation des lieux ou bien au travers du label SMAC lorsqu’il s’applique à plusieurs structures.

Plusieurs rendez-vous plus techniques contribueront également à faire des Rencontres & Débats une parenthèse de réflexion et de questionnement dans un monde en profonde mutation.

La dynamo culturelle 2016 : participez à l'appel à projets culturels de Rennes Métropole avec la plateforme de financement participatif proarti
Atelier proposé par Rennes Métropole / Proarti

La boîte à outils de la dynamo culturelle et du mécénat culturel participatif : les clés d’une campagne réussie ! A travers cet atelier pratique, proarti propose de vous expliquer les fondamentaux du financement participatif et de vous présenter l’édition 2016 de la dynamo culturelle.

Cet atelier sera l’occasion de vous expliquer le fonctionnement du mécénat culturel et du financement participatif, de vous donner les clefs de réussite pour vos campagnes, et surtout de vous présenter la nouvelle édition de la dynamo Culturelle, dont les campagnes seront lancées en 2016. Des témoignages de porteurs de projets qui ont réussi leurs collectes lors de l’édition 2015 de la dynamo Culturelle viendront illustrer le propos.

Voici les thématiques qui seront abordées :
> les fondamentaux du mécénat culturel participatif
> le fonctionnement de la dynamo Culturelle avec Rennes Métropole
> pourquoi faire appel au financement participatif ?
> quelles campagnes pour quels projets ?
> les clefs d’une campagne réussie

Intervenant(s)

Marie Tretiakow > proarti
Quentin Mercier > proarti
Yannick Raffenel
Eric Gouzannet > En Roue Libre
Cécile Bizot > Rennes Métropole

Le journalisme musical est-il devenu de la communication ?
Débat proposé par Les Jours

Avant son lancement public, le nouveau média en ligne Les Jours s’interroge sur la place, le rôle et le modèle économique du journalisme musical aujourd’hui.

Toujours fragile, la presse musicale se trouve aujourd’hui confrontée à une équation complexe: faire exister le journalisme et la critique pour des lecteurs très volatiles, tandis que la communication des artistes est de plus en plus verrouillée et que des marques deviennent productrices d’événements et de contenu éditorial. Comment conserver son indépendance dans ce paysage ?

Intervenant(s)

Josephine Huon de Penanster >BETC Pop
Alexis Bernier >Tsugi
Matthieu Conquet > France Culture
Sophian Fanen > Les Jours
Anatole Amavi > Modzik

Designthinking, innovation par les usages : de nouvelles pistes pour penser la médiation numérique
Table ronde proposée par CD1D, 1D-Lab et l’Université d’Avignon

Le designthinking tend à placer l’humain et le retour des usagers au cœur de l’innovation. A l’heure où les outils collaboratifs se démocratisent et où le numérique facilite l’échange, comment, en tant qu’acteurs culturels, interagir avec ses usagers, et surtout construire une offre en concertation avec ceux-ci ?

Nombreux sont les acteurs culturels qui doivent aujourd’hui gérer, piloter, animer ou stimuler des communautés d’usagers. Si les réseaux numériques facilitent grandement la gestion de ces enjeux, ils sont loin de les réduire à des démarches mécaniques. Beaucoup d’acteurs continuent de définir leurs « offres culturelles » de façon descendante et sans forcément chercher à faire participer et contribuer ceux à qui ils s’adressent. Loin de chercher toutes les réponses dans une vox populi, Il existe pourtant de nombreuses approches et méthodologies collaboratives qui permettent de renforcer l’intelligence collective autour de ces enjeux de médiation ou de prescription : design d’audience, innovation sociale, ateliers de créativité, etc. L’idée de cette table ronde était donc de réunir des acteurs de la formation, de la médiation et du design afin d’explorer plusieurs cas concrets et tenter d’essaimer chez les acteurs de la culture ces nouvelles approches.

Intervenant(s)

Lucas Linarès > Etrange Ordinaire
Laurent Noblet > Médiathèque départementale du Morbihan
Raphaël Roth > Université d’Avignon
Cédric Claquin (modération) > CD1D

Assurance chômage : la détermination des droits et l'indemnisation en cas de reprise de travail ne relevant pas du cinéma-spectacle
Temps d’information proposé par Pôle Emploi

Pôle Emploi apporte un éclairage sur le mécanisme d’attribution des droits, pour les intermittents du spectacle en cas de travail relevant de règlements différents.

Les intermittents du spectacle, en plus de leurs activités habituelles, ont parfois des périodes de travail ne relevant pas du cinéma-spectacle. dans ces conditions, l’examen nécessite la mise en œuvre de règles de coordination spécifiques afin de déterminer le règlement à appliquer. Ces dispositions sont présentées et illustrées avec des exemples.

i – l’examen des demandes à la fin des droits Are A8/A10

1 – tous les contrats relèvent des annexes 8 et 10
2 – des contrats relevant de règlements autres qu’a 8 et a10 sont présents
3 – L’articulation des droits

ii – les incidences des périodes ne relevant pas du cinéma-spectacle

1 – Une activité est en cours à de l’étude des droits
2 – Une activité d’enseignement est en cours à l’étude des droits
3 – La condition d’affiliation est remplie au titre de plusieurs règlements
4 – La condition d’affiliation est remplie uniquement au titre du règlement général
5 – Le dépôt de la demande a été différé
6 – La condition d’affiliation est remplie au titre de la clause de sauvegarde
7 – Un emploi a été quitté volontairement

iii – le droit d’option en cas d’indemnisation au régime général

1 – Les conditions du droit d’option
2 – Exemple

Intervenant(s)

Jacques Geay >Pôle Emploi

Lieux de musiques actuelles : quelle prise en compte du territoire dans la programmation ?
Table ronde proposée par le FEDELIMA

Comment est construite la programmation d’un lieu de musiques actuelles ?
De quoi est elle le reflet ? De la diversité et de la vivacité des acteurs de musiques actuelles sur un territoire ? D’une tendance éditoriale ou couleur musicale liée à l’histoire du lieu, à son mode de programmation ? Comment les contraintes, financières, partenariales, territoriales, artistiques et techniques sont elles prises en compte dans l’élaboration de cette programmation ?

Pour mieux comprendre et analyser la construction d’une programmation musicale, qui peut sembler répondre autant à une subjectivité esthétique qu’à des déterminants factuels, la FeDeLIMA propose un temps d’échange et de débat illustré par l’analyse d’un territoire.

Intervenant(s)

Yann Rivoal > La Vapeur
Jean-Christophe Aplincourt > Le 106
Jean-François Burgos >FNCC
François Jolivet > Les 4 écluses
Jean Michel Bronsin >Aeronef
Hyacinthe Chataigné >FEDELIMA
Stephanie Thomas> FEDELIMA
Yann Hauvet AGDL >Production
Leffure Nicolas >Cave aux poètes
Julien Guillaume> Le Grand Mix

L'utilité sociale des festivals : retour sur l'évaluation de 8 festivals bretons
Restitution proposée par le Collectif des Festivals

Si nous avons les outils pour mesurer les impacts économiques et environnementaux d’un festival, qu’en est il de son impact sur les publics, les équipes, les artistes et la société ?

Partis du constat qu’ils avaient des difficultés à rendre compte des actions touchant les participants, à les valoriser et à dépasser les simples constats chiffrés ou les observations subjectives, des festivals engagés dans une démarche de responsabilité sociétale et environnementale en Bretagne se sont penchés sur la question de l’évaluation de leurs actions sociales et culturelles.

Depuis 3 ans, huit festivals du Collectif sont ainsi accompagnés dans le cadre d’un dispositif local d’accompagnement (dLa) par Hélène Duclos, spécialiste de l’évaluation de l’utilité sociale.
Une première phase de travail en 2012 leur avait permis de construire ensemble un référentiel commun d’évaluation de l’utilité sociale des festivals.

Depuis, avec le concours de ses parties-prenantes (équipes, partenaires, publics…), chacun a adapté ce référentiel à son projet culturel, construit de nouveaux indicateurs et réalisé sa propre évaluation. Faisant suite à une première restitution aux Trans 2012, cette rencontre permettra de revenir sur cette démarche singulière et de présenter les premiers résultats des analyses.

Intervenant(s)

Hélène Duclos > TransFormation Associés
Maryline Chasles > Collectif des festivals
Émilie Cherbonnel > Collectif des festivals
Erwan Gouadec > ATM
Aurélie Macé > CRIJ Bretagne
Michel Magne > Festival de Burgeles
Paul Terral > Bordées de Cancale
Claude Berceliot >Le Grand Soufflet
Florie Gilles > Les Tombées de la Nuit
Caroline Bochu >Le Grand soufflet
Gwendal Chevalier > La Gallésie en Fête
Céline augé > Les Tombées de la Nuit
Katie Garans > Festival Mythos

SMAC de territoire : 1er état des lieux
Table ronde proposée par la FEDELIMA, l’Association Trans Musicales, le Jardin Moderne et Antipode MJC

En août 2010, un nouveau label d’Etat est créé : les scènes de Musiques Actuelles.

Ce label a la particularité de pouvoir être attribué à une ou plusieurs structures qui coopèrent alors pour répondre collectivement à des enjeux communs. Quelle est aujourd’hui la réalité de ces sMAC de territoire ? Quelles sont les spécificités de leurs projets et de leurs actions ?

Les scènes de Musiques Actuelles ont émergé sur tout le territoire souvent à l’initiative d’acteurs associatifs, reconnues par la puissance publique en particulier que l’Etat a officialisé en label sMAC.

Depuis quelques années, des structures expérimentent une forme de labellisation portée par plusieurs acteurs culturels sur un même territoire. Dans une dynamique de concertations et de coopérations, mais également du fait de contraintes économiques, le secteur des musiques actuelles a développé, à l’initiative des acteurs eux-mêmes ou de l’Etat et des Collectivités Territoriales, des sMAC dites de « territoires » comprenant un ensemble d’acteurs œuvrant en coopération et porteurs à ce titre, de manière collective le label.

Si chaque “sMAC de territoire” est née d’une histoire différente, il s’agit ici à partir de différents cas, de dresser un premier état des lieux de ces formes de coopération, en tentant de mettre en avant les éléments qui ont pu faciliter ou au contraire freiner la démarche, d’observer leur fonctionnement actuel, et de mesurer les premiers effets.

Intervenant(s)

Marie Le Moal > SMAC d’agglomération bordelaise
Ludivine Chopard >SMAC 07
Jean – François Burgos > FNCC
Guillaume Lecheven >Jardin Moderne
Véra Beznonoff > FEDELIMA

Petites structures de musiques actuelles : comment permettre le dialogue social ?
Table ronde proposée par le SMA

Bien que contraint par le contexte économique et animé par des engagements passionnels, notre secteur ne peut ignorer la nécessité de structurer le dialogue social au sein de ses entreprises. Comment le mettre en œuvre dans de micro-dimensions avec le règne de la polyvalence et des plans de carrières incertains ?

Au delà de sa dimension normative, le dialogue social recouvre des réalités bien différentes. dans un secteur animé par des engagements passionnels, il vise à réguler les relations entre employeurs et salariés alors que le contexte économique est particulièrement tendus et que le travail s’intensifie.

Entre difficultés à mobiliser autour d’un concept parfois vu ou vécu comme “clivant”, alors que le “management participatif” revendique une approche différente des relations hiérarchiques, ou que l’accord interbranche sur la qualité de vie au travail appelle à la création de nouveaux espaces de discussion sur le travail, la question de la mise en œuvre concrète du dialogue social dans les TPE doit être soulevée. C’est ce que nous ferons….

Cette table ronde propose d’aborder le sujet à partir de témoignages et d’analyses afin d’identifier les outils et modes de management à construire.

Intervenant(s)

Gille Garrigos > La Tannerie
Aurélie Hannedouche> SMA
Pascal Chevereau > Alter Ego
Justine Le Joncour > Armada Production
Angeline Barth > FNSAC – CGT
Anne Burlot-Thomas MAPL > Le Manège

Ce que les festivals font au numérique
Table ronde proposée par l’Université d’Avignon et Le Pôle

Depuis le début des années 1990, l’Équipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias observe, à la loupe, les festivals et leurs publics. Avignon, Cannes, et plus récemment Les Vieilles Charrues, les Rencontres Trans Musicales ou le Festival Lumière de Lyon sont des terrains d’enquêtes riches pour les chercheurs du Centre, permettant la réalisation de publications scientifiques qui alimentent la définition de la forme festival.

Parce qu’ils sont définis par un temps et un espace limités, les festivals sont des lieux privilégiés d’observation du monde social. Ils offrent un « effet loupe » qui permet de voir, voir mieux, voir autrement, voir pire, voir plus, voir plus ou moins, voir plus vite, voir le visible et l’invisible, voir au travers ou au détour, voir ce qu’il ne faut pas voir, voir comment les autres voient, se voir, revoir, se revoir, ne pas avoir pu voir, authenticité du voir, percevoir cette « vérité aveuglante » du voir : ils reconstruisent chaque année une véritable écologie du voir, saturée de symboles, qui recouvrent une grande partie de la ville et qui semblent en délimiter les frontières, mais aussi le temps de l’action.
Les festivals sont à ce titre les lieux privilégiés de l’observation des technologies numériques, depuis les pratiques qu’en ont les festivaliers, jusqu’aux expérimentations qu’autorise le dispositif festival.

Cette table ronde est donc l’occasion de parcourir ensemble plusieurs cas observés dans le cadre du projet “Galerie de Festivals” financé par l’Agence nationale de la Recherche, en vue d’explorer “ce que les festivals font au numérique”.

Intervenant(s)

Emmanuel Ethis > Académie de Nice
Haut conseil de l’Education Artistique et Culturelle et Institut Supérieur des Techniques du Spectacle
Damien Malinas > Université d’Avignon
Georges Linarès > Université d’Avignon
Olivier Allouard > Cabinet d’étude et de sondages GECE
Virginie De Crozé > Festival d’Avignon
Claire Hannecart > Le Pôle

Les Trans et moi
Atelier participatif proposé par l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et l’Association Trans Musicales.

L’Université d’Avignon, en partenariat avec l’ATM, vous propose de participer à un temps d’échange convivial afin de questionner votre rapport aux Trans. Ce rendez-vous participatif fait de vous les acteurs de la rencontre, que vous soyez public ou professionnel, et viendra alimenter le travail mené par l’ATM sur l’évaluation de son utilité sociale.

Intervenant(s)
Goûts musicaux et modalités d'écoute des jeunes à l'ère numérique : évolutions des pratiques et enjeux de santé publique
Conférence proposée par Le Pôle et AGI-SON

Où se rendent les jeunes en 2015 pour voir des concerts ? Pratiquent-ils eux-mêmes la musique ? Comment l’écoutent-ils en termes d’intensité et de volume ? L’évolution de ces pratiques présentent-elles des risques pour leur santé ? Une récente enquête menée par Le Pôle auprès de 2200 jeunes permet de répondre à ces questions, les résultats et les enjeux qu’ils soulèvent seront présentés lors de ce temps d’information.

Les goûts musicaux des 12-19 ans et leur façon d’écouter la musique ont largement évolué par rapport aux pratiques de leurs aînés. Une enquête réalisée auprès de 2 200 jeunes en 2014 aborde leurs goûts musicaux mais aussi leurs habitudes de sorties, leurs pratiques instrumentales, leurs modes de consommation de la musique, et enfin examine leurs rapports aux risques auditifs.

Grâce à une précédente enquête permettant des comparaisons dans le temps, ces nouvelles données viennent éclairer l’évolution des pratiques de la jeunesse. Et si l’on dénote une montée de l’éclectisme des goûts musicaux grâce à une grande accessibilité à la musique permise par le numérique, cela s’accompagne d’écoutes intensives et à des volumes importants, posant question aux professionnels de la santé et de la musique.

Intervenant(s)

Claire Hannecart >Le Pôle
Emmanuel Bois > Le RIF + Agi-Son
Gérôme Guibert > Université Paris III Sorbonne Nouvelle
Jacquelin Roussel > Peace & Lobe / Mus’Azik

Économie sociale, secteur culturel et créatif : vers une nouvelle forme d'entreprenariat social en France
Table ronde proposée par SMART

Comment faire de la culture un secteur économique porteur d’innovation sociale, créateur d’emplois, facteur de cohésion sociale en France et en Europe ? Comment ne pas aliéner la qualité des projets culturels – dont le pouvoir artistique et sociétal prime sur le reste – en les propulsant dans une dynamique entrepreneuriale ? Et si la culture devenait un quatrième pilier du développement durable à côté du social, de l’économie et de l’environnement ?

L’entrepreneuriat social semble être devenu une nouvelle figure… mais de quoi ? De l’action culturelle et/ou sociale ? Du développement durable, social et solidaire ? Ou tout simplement de l’entrepreneuriat lui-même ?
Derrière cette figure se trouve en embuscade deux escouades : celle du marché, prête à recycler dans le capitalisme les forces de changement qui se profilent, et celle des transformations sociales et économiques qui s’inventent sur le terrain.

Dans le domaine de la culture, une deuxième partition vient compliquer la donne : le passage « entrepreneurial » exacerbe les tensions entre les « gros » opérateurs, privés ou institutionnels, dont les publics sont des consommateurs, et la multitude des acteurs proches du terrain, individuels, en micro- collectifs, en associations, dont les publics sont les partenaires.
Prenons l’occasion de ces trans Musicales 2015 pour vagabonder ensemble dans ces nouveaux paysages mouvementés

Intervenant(s)

Roger Burton > Smart
Alexandra Mathiakh >Collectif Tomahawk / Musicienne
JC Querrien > Tomahawk
Emilie Pelletier Smart
Grégory Huchon >CRESS (Chambre Régionale d’Economie Sociale et Solidaire)
Patrice Paichereau >Smart

2014

Les incertitudes de cette rentrée 2014 renforcent l’urgence de la réflexion collective autour de ce que peut être notre avenir commun. Chaque année, Rencontres & Débats invite à partager les expériences.

Confronter les points de vue, faire émerger le « pourquoi du comment », et interroger le rôle de ce secteur et les fonctions de ses acteurs.

Parenthèse de questionnements dans un monde en bouleversement, Rencontres & Débats entamera ainsi sa 7ème édition pour donner aux acteurs la place et le temps d’interroger les problématiques en jeu dans le secteur culturel, mais aussi la possibilité au public de s’en saisir et d’apporter leur réflexion, d’y participer depuis leur endroit.

Territoire : lieux et festivals en cohabitation, quelles complémentarités, quels modes de coopération ?
Table ronde proposée par la FEDELIMA et le CNV

La temporalité différente qui régit un lieu (travail à l’année, permanent, au plus proche des besoins des populations) et un festival (évènementiel concentré sur quelques jours, axé principalement sur la diffusion) peut laisser penser que l’action du lieu et l’action du festival ne convergent pas. Pourtant, sur un même territoire, le travail réalisé par ces deux entités participe d’une cohérence naturelle, en mettant en lumière la capacité du dit-territoire à s’inscrire dans un intérêt général pour les musiques actuelles.

Comment lieux et festivals se complètent et coopèrent pour un développement territorial en faveur des musiques actuelles? A travers plusieurs exemples, nous nous attacherons à comprendre le lien qui unit lieux et festivals sur un même territoire, dans une perspective de développement territorial en faveur des musiques actuelles qui prenne en compte les dimensions artistiques, culturelles, économiques et politiques.

Intervenant(s)

Anne Burlot-Thomas > Musique au Pays de Lorient / Festival Les Indisciplinés
David Demange Moloco > Pays de Montbéliard / Impetus Festival / Festival Generiq
Bastien Perez > Festival Musicalarue
Fabien Deplan > Festival Le Rock dans tous ses Etats / Salle de spectacle l’Abordage
Hedi Hassouna > Jean-François Paux CNV
André Cayot > DGCA Ministère de la Culture et de la Communication

L’intermittence : décryptage et enjeux du conflit
Table ronde proposée par le Collectif des Festivals

Au printemps 2014, les conditions d’indemnisation des intermittents du spectacle (relevant des annexes 8 et 10 du régime général) ont été renégociées par l’UNEDIC et agréées par l’Etat. Différentes formes de manifestations et d’actions ont suivi au cours de l’été, organisées autour de collectifs et de coordinations d’intermittents et précaires.

Basée sur la solidarité interprofessionnelle, la défense portée par les travailleurs du spectacle n’est pas uniquement au profit du secteur artistique et culturel, mais s’entend « pour tous », intérimaires, précaires, chômeurs actuels et en devenir y compris.

Cette rencontre, construite autour du sociologue Mathieu Grégoire et de collectifs d’intermittents, vise à faire le point sur les grandes lignes de la dernière réforme de l’assurance chômage du 22 mars 2014.

A l’heure où la mission de concertation doit rendre ses propositions pour fin décembre, où en est-on de la situation ? Comment se poursuit la contestation du côté des intermittents ?

Parmi les organisations qui font entendre leurs propositions pour une réforme juste et soutenable, l’UFISC nous invite à mettre en perspective cet accord avec le modèle social européen et les principes de solidarité.

Intervenant(s)

Chloé Langeard >Université d’Angers
Hélène Crouzillat > Matermittentes
Yann Kerrien > CIP Bretagne
Arnaud Stephan
Laura Aufrère UFISC

L'impact de la réforme territoriale sur la structuration des acteurs culturels dans les territoires
Table ronde proposée par la FEDELIMA et l’UFISC

Dans notre société en profonde transformation, la place des arts et de la culture est interrogée. Dans un contexte désormais européen, la réforme des collectivités territoriales doit nécessairement s’articuler avec l’enjeu européen et la mise en œuvre de la nouvelle politique de cohésion économique, sociale et territoriale de l’union (fonds structurels).

Nous devons avoir une vision d’ensemble de ces mouvements, pour comprendre comment et de quelle façon les acteurs culturels peuvent s’en saisir dans leur quotidien.

Quelle (s) prise (s) en compte des pratiques de coopération et de solidarité dans le champ culturel ? Quel(s) accompagnement d’une autre forme de développement économique et social ? Quelles manières de travailler mais également de construire de nouveaux espaces de gouvernance pour réinventer des politiques culturels ? Quelles incidences sur l’organisation de nos systèmes démocratiques, en particulier pour les arts et la culture ?

Aussi, après une conférence introductive permettant de présenter ces mouvements, nous proposerons une mise en perspective à travers plusieurs témoignages (élus, techniciens, acteurs et chercheurs) permettant de mettre en lumière les conséquences et les possibles qu’ouvrent ses réformes sur les projets et initiatives artistiques et culturelles.

Ces échanges seront complétés et mis en discussion en interaction avec le public.

Intervenant(s)

Alban Cogrel > UFISC
Stéphanie Thomas > FEDELIMA

Prévention des risques psycho-sociaux : comment mieux vivre le travail dans une boite à musique ?
Table proposée par le SMA

Alors que les enjeux autour de la gestion des ressources humaines se font de plus en plus présents dans le secteur des musiques actuelles, la notion de risques psycho-sociaux (RPS) reste encore méconnue et surtout mal-traitée. Cette table ronde proposera donc un tour d’horizon de la question et de la manière de l’appréhender de façon lucide et constructive.

Stress au travail, burn out, harcèlement, souffrance, … Loin des clichés à paillettes et champagne, le quotidien d’une équipe en production peut devenir anxiogène. Si la dynamique de groupe soutient l’effort collectif important qui permet de donner vie à un projet de musiques actuelles en ces temps difficiles, le vivre ensemble n’est jamais simple. En abordant le thème de la prévention des risques psycho-sociaux (RPS) il s’agit de dédramatiser des situations qui peuvent le devenir, d’échapper aux discours moralisateurs et aux postures toutes faites pour aborder clairement de quoi on parle et comment on peut tenter de s’en prémunir.

Face à ce qui constitue désormais un véritable fait de société, il convient de ne plus se réfugier derrière les a priori ou s’imaginer que cela ne concerne que les autres. A l’heure où les frontières entre vie publique et vie privée deviennent floues, où les injonctions des financeurs nous poussent à faire toujours plus avec toujours moins, où la performance économique peut primer sur la protection sociale, où les difficultés des entreprises y fragilisent l’emploi et où la peur du chômage panique ; tout semble concourir pour que les conditions de travail, de vie au travail pourrait-on dire, se dégradent inexorablement. La présence de « risques » psychosociaux est bien réelle et la vague de suicides médiatisée fut l’occasion d’en prendre conscience. Comme le dit Marie Pezé, psychanalyste et docteur en psychologie initiatrice de la première consultation « Souffrance au travail » en milieu hospitalier : « Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés ». Les structures culturelles n’échappent hélas pas à ce danger.

Sans jamais perdre de vue les enjeux concrets pour les structures et leurs salariés, cette conférence se veut un questionnement sur les réalités des RPS et un tour d’horizon sur la manière d’aborder cette problématique dans une démarche responsable mais aussi pragmatique et sans complaisance. Une approche à relier avec une gestion des ressources humaines et des relations dans l’entreprise en phase avec les valeurs véhiculées par nos adhérents.

Intervenant(s)

Florent Arnaud > ARACT Bretagne
Céline Geran > Psychologue du travail

La gouvernance dans les associations culturelles : comment faire équipe ?
Table ronde proposée par le Collectif des Festivals

« La gouvernance consiste en l’ensemble des mécanismes permettant un alignement du fonctionnement de l’organisation sur les objectifs et les valeurs du projet associatif ». Définition de Jean-Louis Laville et Christian Hoarau dans La gouvernance des associations

 

Au sein des structures culturelles, un certain nombre d’acteurs œuvrent ensemble, au gré des saisons et des événements. Salariés ou non, permanents et vacataires, la liste est longue : bénévole, administrateur, permanent, CDD de renfort, intermittent, stagiaire, emploi aidé, service civique, bénévole ponctuel, auto-entrepreneur…

Si les associations culturelles se développent et se professionnalisent, la question du management et de la gestion des ressources humaines reste encore difficile à aborder et à expliciter dans un secteur historiquement construit avec l’énergie de ses militants.

Au-delà des différentes relations contractuelles qui lient chaque individu à la structure, ce sont les modes de gestion et de gouvernance dans les organisations culturelles qui doivent nous interroger. Avec des degrés d’implication et d’engagement aussi divers, comment assurer la bonne conduite du projet et organiser son partage ?

A travers les observations d’experts et des témoignages d’acteurs, nous tenterons d’apporter un éclairage sur les différents types de gouvernance existants dans le secteur culturel et sur leurs évolutions.

Plus largement, il s’agira d’aborder la question de la cohérence, de l’alignement entre les valeurs portées par les associations culturelles et les choix d’organisation de l’activité, les effets induits sur les équipes….

Intervenant(s)

Carole Le Rendu-Lizée – Enseignante chercheuse / Audencia Nantes
Rachel Cordier AGEC : Acquitaine Groupement d’Employeurs Culture
Eddy Pierres:  Wart
Vincent Cabioch Compagnie: Impro Infini / Université UBO
Ophélie Hiron : Association Le Jazz et la Java

Territoire : lieux et festivals en cohabitation, quelles complémentarités, quels modes de coopération ?
Table ronde proposée par la FEDELIMA et le CNV

La temporalité différente qui régit un lieu (travail à l’année, permanent, au plus proche des besoins des populations) et un festival (évènementiel concentré sur quelques jours, axé principalement sur la diffusion) peut laisser penser que l’action du lieu et l’action du festival ne convergent pas. Pourtant, sur un même territoire, le travail réalisé par ces deux entités participe d’une cohérence naturelle, en mettant en lumière la capacité du dit-territoire à s’inscrire dans un intérêt général pour les musiques actuelles.

Comment lieux et festivals se complètent et coopèrent pour un développement territorial en faveur des musiques actuelles? A travers plusieurs exemples, nous nous attacherons à comprendre le lien qui unit lieux et festivals sur un même territoire, dans une perspective de développement territorial en faveur des musiques actuelles qui prenne en compte les dimensions artistiques, culturelles, économiques et politiques.

Intervenant(s)
Le modèle coopératif dans le spectacle vivant : une alternative à l'entreprenariat classique ?
Table ronde proposée par SMART

Les structures de type SCOP, SCIC, CAE gagnent peu à peu du terrain dans le secteur culturel ; elles restent cependant minoritaires vis à vis des structures associatives.

Malgré tout, ces nouveaux acteurs ne bénéficient pas d’une reconnaissance similaire de la part des pouvoirs publics et sont le plus souvent seuls dans leur objectif de développement d’un entrepreneuriat social et solidaire.

Reste que, à l’heure où les coupes budgétaires sont de plus en plus importantes et viennent mettre à mal l’économie des micro structures traditionnelles, outre les difficultés managériales qu’elles connaissent en interne, le modèle coopératif semble pouvoir constituer une certaine alternative mutualisée et collaborative, un nouveau modèle d’acteur culturel à reconnaître, dans l’échiquier des politiques publiques.

Dans un contexte de réforme territoriale et de réductions drastiques des budgets, il semble ainsi pertinent de comprendre le fonctionnement de ces structures coopératives, des solutions qu’elles peuvent apporter et de mettre au clair les difficultés qu’elles rencontrent en terme de relations avec les collectivités.

Intervenant(s)

Sandrine Barret >Artcoopetc
Fred Calvez > Chrysalide
Isabelle Mérand > Les Gesticulteurs
Patrice Paichereau > SMART
Gilles Grall  > Syndicat de Bretagne des Artistes-Musiciens-CGT
Martin DelatteW >Urscop Bretagne

L'indépendance : une valeur d'avenir pour la création ?
Table ronde proposée par CD1D

L’indépendance : statut choisi ou imposé ?

À l’heure où la tendance est au divertissement et à l’image plutôt que du côté de la création, les artistes tendent à se tourner vers l’indépendance et devenir de véritables entrepreneurs. De la production à la diffusion, ils rassemblent les énergies et les compétences pour assurer les différentes étapes qui entourent la création.Plus proche d’un modèle artisanal, le développement du « Do It Yourself » place le rapport humain au centre des préoccupations.

>Quels sens communs unissent ou non les créateurs indépendants ?
> Quel impact peut avoir cette notion sur le travail artistique ?
> La créativité et l’innovation viennent-elle d’avantage des secteurs alternatifs ?
> Comment, en s’appuyant sur la médiation culturelle, valoriser les productions indépendantes et inciter à la découverte de nouveaux artistes ?

Autant d’interrogations sur lesquelles un panel d’invités viendra échanger.

Intervenant(s)

Patrick Florent > Canal B
Cédric Claquin > CD1D
Philippe Melquiond > La Rumeur

2013

Désireuses d’ouvrir une brèche dans le quotidien, les Trans proposent une parenthèse pour prendre de la distance, explorer les possibles et se nourrir de la réflexion collective. Nous récréons un espace de réflexion et d’analyse de ce qui se joue dans le secteur culturel, témoignant des mutations profondes qui sont aujourd’hui à l’œuvre.

Problématiques d’actualités et enjeux d’avenir seront ainsi questionnés sous la forme de conférences et débats proposés par des acteurs structurants du secteur. La diversité des points de vue, la discussion et l’échange seront une fois de plus mis à l’honneur.

Intermittents du spectacle, règles d'indemnisation et cumul d'activité
Table ronde proposée par Pôle Emploi Spectacle

1 – La détermination du droit ARE A8/A10
1.1 La fin de contrat de travail retenue
1.1.1 En situation d’admission
1.1.2 En situation de réadmission
1.2 Les périodes prises en compte
1.3 L’incidence des périodes de travail exercées dans un autre régime (hors A8/A10)
1.4 La mise en œuvre du Fonds de Professionnalisation et de Solidarité

2 – Le cumul des allocations ARE A8/A10 avec une activité professionnelle
2.1 Les déclarations à effectuer
2.2 La règle de cumul
2.3 Le cumul avec les activités professionnelles salariées
2.4 Le cumul avec les activités professionnelles non salariées

3 – Questions – Réponses.

Intervenant(s)

Jacques Geay > Pôle emploi
Yann Gaudin > Pôle emploi

Twitter pour les musiciens et les organisateurs de concerts
Atelier proposé par La Cantine Numérique

Dans le cadre des Transmusicales de Rennes, la Cantine vous propose un atelier « Twitter pour les nuls » dédié aux musiciens et organisateurs de concerts. Vous travaillez dans l’univers de la musique ou de la culture et vous souhaitez appréhender rapidement les codes pour commencer à utiliser Twitter pour promouvoir vos événements et valoriser vos actions ? Cet atelier d’initiation est pour vous.

Programme
– présentation de Twitter, de sa grammaire et du « fonctionnement » de la Twittosphère
– les stratégies pour valoriser ses contenus sur Twitter
– mise en pratique : votre compte, vos premiers tweets, votre plan de communication
– panorama de bonnes pratiques dans l’univers de la musique

Intervenant(s)

Anthony Chénais journaliste multimédia, la Cantine Numérique

Economie(s) des scènes de musiques actuelles, échange à partir des données budgétaires de lieux de petite et moyenne jauges
Table ronde proposée par le CNV et la FEDELIMA

En prolongement des études réalisées par le CNV et la Fedelima sur la diffusion des salles de spectacles de petite et moyenne jauges, cette table ronde vise à apporter des éléments de réflexion sur l’économie globale des structures qui gèrent ces lieux de musiques actuelles et de recueillir les avis et réactions des professionnels et collectivités présents.

A partir des données collectées auprès de  80 exploitants de salles, un premier éclairage sera fait sur l’activité de diffusion en 2012 et de son évolution sur 3 ans (entre 2010 et 2012).

Puis, seront abordés la structure et l’évolution des budgets : ressources propres et financements publics des différents échelons territoriaux (Villes, Agglomérations, Régions, Départements, Etat, Europe), sous l’angle des catégories de lieux (en fonction de leur jauge et de leur implantation).

Enfin, le modèle économique des scènes de musiques actuelles sera confronté à celui observé dans quelques pays européens et en particulier au Danemark (Live DMA).

Intervenant(s)

André Cayot Ministère de la Culture
André Cayot Ministère de la Culture
Philippe Berthelot Fédélima
Djamila Slimani Pôle innovation et solidarité, Lorient
Eddy Pierres Wart  Panorama
François Delaunay Chabada SMA
Claire Guerin Akwabat
Stéphanie Thomas Fédélima
Jean François Paux CNV
Sébastien Berthe CNV

Indicateur(s) d'activité des festivals de musiques actuelles
Groupe de travail proposé par le CNV et la FEDELIMA

En partenariat avec le Collectif des festivals engagés pour le développement durable et solidaire en Bretagne, le CNV propose à tous les organisateurs de festivals présents à Rennes dans le cadre des Trans Musicales une réunion de travail à partir des résultats préliminaires de l’étude qu’il conduit sur l’évolution des caractéristiques économiques, sociales et budgétaires des manifestations françaises. Cette étude, lancée au début de l’été 2013, devrait permettre de disposer début 2014 d’indicateurs d’activité des festivals pour la période 2008-2012, dans une version mise à jour et enrichie des résultats de l’étude publiée en juin 2010.

Intervenant(s)
Présentation du projet européen LIGHTHOUSES
Restitution proposée par le FEDELIMA et Live DMA

Par Stéphanie Thomas, FEDELIMA

Pendant trois jours, les Trans accueilleront la première étape d’un projet soutenu par l’agence « Education et formation tout au long de la vie », Lighthouses, coordonné par le Live-DMA.

Pendant deux années, une quarantaine d’acteurs européens s’interrogeront sur les métiers liés à l’artistique dans les lieux de musiques actuelles en Europe. Ils travailleront sur les problématiques qui y sont liées, élaboreront des coutils communs et travailleront sur la valorisation de ces métiers à l’échelle européenne.

 

Intervenant(s)
Présentation du KitPro, un outil pratique pour une bonne gestion sonore
Temps de présentation proposé par AGI-SON

AGI-SON présente son « Kit Pro » pour une bonne gestion sonore : un outil complet, pratique, simple et gratuit ! La gestion sonore est l’affaire de tous et tout particulièrement celle des professionnels de la musique et du spectacle vivant. Tous les acteurs impliqués dans l’organisation du spectacle vivant musical ont une part de responsabilité dans la gestion des volumes sonores : entrepreneurs de spectacles, techniciens, musiciens, prestataires de services techniques, etc. … C’est pourquoi il est essentiel de les informer et de les sensibiliser. Dans le cadre des différents travaux menés par AGI-SON, il est apparu nécessaire de créer des outils concrets, à destination des professionnels qui les aident à mettre en place une meilleure gestion sonore au quotidien. AGI-SON présente son « Kit Pro » pour une bonne gestion sonore : ce site internet avec accès privé est un outil complet, pratique, simple et ergonomique dont les mises à jour et ajouts seront effectués régulièrement. La gestion sonore est l’affaire de tous et tout particulièrement celle des professionnels de la musique et du spectacle vivant. Tous les acteurs impliqués dans l’organisation du spectacle vivant musical ont une part de responsabilité dans la gestion des volumes sonores : entrepreneurs de spectacles, techniciens, musiciens, prestataires de services techniques, etc. … C’est pourquoi il est essentiel de les informer et de les sensibiliser. Dans le cadre des différents travaux menés par AGI-SON, il est apparu nécessaire de créer des outils concrets, à destination des professionnels qui les aident à mettre en place une meilleure gestion sonore au quotidien. AGI-SON présente son « Kit Pro » pour une bonne gestion sonore : ce site internet avec accès privé est un outil complet, pratique, simple et ergonomique dont les mises à jour et ajouts seront effectués régulièrement.

Intervenant(s)

Angélique Duchemin Agi-Son
Frank Boyat Agi-Son
Klara Jacquand Agi-Son

Responsabilité sociétale des organisations : définition et enjeux pour les structures culturelles
Table ronde proposée par le SMA et le Collectif des Festivals

Derrière les termes de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), désormais Responsabilité Sociétale des Organisations (RSO, se trouvent des notions qui devraient largement résonner aux oreilles des structures œuvrent dans le champ culturel et notamment de celles qui se revendiquent d’une Economique Sociale et Solidaire.
La RSO se définit comme la prise en compte par les entreprises « des préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire» ; plus concrètement il s’agit de « la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable ».

Il y est alors question des relations et des conditions de travail, de la diversité, du développement local, de l’impact environnemental, des politiques d’achats responsables, …

Avec l’apparition des nouvelles normes internationales ISO 26000 (Responsabilité Sociétale) et ISO 20121 (management responsable appliqué aux événementiels), des premières organisations culturelles en Europe et en France ont formalisé leur démarche et visent la certification avec pour objectif d’orienter, de renforcer ou de distinguer leurs pratiques de gestion.

Pourquoi s’engager dans une démarche de RSO et que recouvrent ces engagements?

En quoi consistent ces normes ISO 26000 et ISO 20121? Quelles sont les entreprises concernées ? Quels sont les leviers et les éventuelles difficultés rencontrées par les organisations qui ont fait le choix de s’inspirer de cette méthode ?

Cette table ronde tentera de répondre à ces interrogations à travers les contributions d’experts et d’organisations culturelles qui sont engagés dans des démarches de RSO et viendront témoigner de leur expérience.

Intervenant(s)

Florent Teullé >RAMA
Grégory Berthou > AFNOR
Jean-Claude Herry >Herry Conseils
Richard de Logu > Association BUG
Ronan Riopel > La Gallésie en Fête

Un streaming équitable est-il possible ? L'expérimentation 1D Touch en question
Table ronde proposée par CD1D

Soucieux de réinventer leurs métiers et de repenser les règles qui régissent la filière musicale (et plus globalement celles des industries créatives), labels, bibliothèques, salles de concerts, radios associatives, collectivités territoriales se sont réunis pour développer « 1D touch » une plateforme alternative de streaming de contenus culturels indépendants. Cette expérimentation collaborative entend proposer au public une offre innovante composée d’œuvres indépendantes.

Les services de streaming (Deezer, Spotify), tous à la recherche de leur modèle économique basé sur la consommation de masse, proposent des rémunérations dérisoires à la plupart des labels indépendants qui compromettent gravement leur future capacité à créer et à produire. Sur ce constat des labels, des bibliothèques, des salles de spectacles; des radios associatives et des collectivités territoriales se sont réunis depuis 2010 pour essayer de construire des alternatives au secteur marchand, basées sur la coopération, un partage équitable de la valeur et l’accès le plus large au catalogue et aux œuvres. 1D touch se définit donc comme une expérimentation collective de diffusion et de rémunération des créations indépendantes qui porte son regard bien au-delà du seul secteur musical. Cette table ronde entend faire le point sur la première phase de développement du projet et interagir avec l’ensemble des professionnels présents aux Transmusicales et soucieux de diversité musicale, d’équité et de nécessaire re-fondation des règles qui régissent le secteur.

Intervenant(s)

Eric Petrotto > 1D Touch
Cédric Claquin > 1D Touch

Le bénévolat dans le secteur culturel : entre nécessité économique et utilité sociale
Table ronde proposée par le Collectif des Festivals

Responsables dirigeants engagés durablement ou participants mobilisés pour un coup de main plus ponctuel, le bénévolat constitue un socle essentiel sur lequel repose depuis toujours le mouvement associatif culturel.

Avec près de 25 % d’inscriptions au cours des quatre dernières années en Bretagne, le secteur culturel est le plus dynamique en matière de création d’associations, l’un des plus importants en nombre de bénévoles adhérents et concerne tout de même 3% des emplois associatifs.

Indispensable à l’existence et à la vitalité des organisations culturelles, l’implication de bénévoles joue un rôle économique significatif, même s’il est souvent peu lisible et classé du côté non marchand. Pourtant cette appréciation reste insuffisante pour rendre compte de l’utilité sociale du bénévolat générée par les associations culturelles, et plus précisément des dynamiques sociales et territoriales: épanouissement personnel, acquisition et renforcement des compétences, lien social, etc.

Ces richesses économiques et sociétales qui caractérisent le bénévolat semblent tacitement reconnues mais rarement explicitées par les acteurs culturels.

A quoi contribue le bénévolat dans une organisation culturelle, dans un parcours personnel et plus largement pour la collectivité ? Comment s’adaptent les associations culturelles, dans leur organisation, dans le management de leurs équipes et dans la définition de leur projet associatif face aux nouvelles attentes des bénévoles?

Cette table ronde propose d’aborder les conceptions, les pratiques et les enjeux du bénévolat dans le secteur culturel, sous les angles économique et sociologique.

A travers les observations de chercheurs et les témoignages de bénévoles et d’associations culturelles, nous tenterons d’apporter quelques réflexions et éléments de réponse sur l’importance, le rôle et les évolutions du bénévolat dans le secteur culturel. Responsables dirigeants engagés durablement ou participants mobilisés pour un coup de main plus ponctuel, le bénévolat constitue un socle essentiel sur lequel repose depuis toujours le mouvement associatif culturel.

Intervenant(s)

Lionel Prouteau > Université Nantes
Dane Ferrand-Bechmann > sociologue
Gabriel Biau > Electroni[k]
Aurélien Boullé > Antipode
Vera Bezsonoff > Fedelima
Nathalie Bescond > Temps Fête

2012

Au fil des éditions, Rencontres & Débats aux Trans se densifie et se diversifie. Chaque année, de nouveaux partenaires nous rejoignent et partagent avec nous cette envie de prendre du temps pour penser notre futur en questionnant ensemble notre présent.

Accéder aux dispositifs de la formation professionnelle pour mieux prendre en compte les besoins de formation des salariés dans les structures de musiques actuelles
Session d’information proposée par le SMA en collaboration avec l’AFDAS

Les entreprises du secteur des musiques actuelles présentent certaines spécificités telles que la structuration en petites ou très petites entreprises ou encore le recours à des technologies en constante évolution. Aussi comment former au mieux les salariés qui gèrent et travaillent dans ces entreprises pour maintenir et développer leurs compétences ?

Aurelie Hannedouche présentera dans un premier temps les données spécifiques aux entreprises des musiques actuelles et plus particulièrement à la formation. Puis Tatiana Maksimovic interviendra pour présenter aux entreprises des musiques actuelles les dispositifs existants au sein de l’OPCA qui permettent d’une part de les accompagner dans l’identification des besoins de formation, et d’autre part de financer les actions de formation mises en œuvre pour les salariés : plan de formation, DIF, CIF, période de professionnalisation, etc.

Intervenant(s)

Tatiana Maksimovic AFDAS
Aurelie Hannedouche SMA

La mobilité européenne des artistes
Table ronde proposée par Pôle Emploi spectacle et Spectacle Vivant en Bretagne

De plus en plus d’artistes et de techniciens cherchent à élargir le champ géographique de leur activité. Cette rencontre, organisée par Pôle emploi avec la participation de Spectacle Vivant en Bretagne, aura pour but de répondre aux questions qu’ils se posent : comment profiter des opportunités de travail en Europe ?

Une Conseillère EURES (EURopéean Employment Service) du réseau Pôle emploi spectacle présentera les dispositifs existants pour faciliter la mobilité en Europe. Par ailleurs on abordera également les conséquences de cette mobilité en matière de protection sociale et notamment en termes d’indemnisation chômage et de paiement des contributions sociales.

Intervenant(s)

Thierry Boré > Spectacle Vivant en Bretagne
Laure Detalle-Moreau > Pôle Emploi Spectacle, EURES
Christophe Fourmond  > Pôle Emploi Service
Muriel Gantier  > Pôle Emploi Spectacle
Nathalie Lillo > médiatrice

Des droits culturels au droit à la culture – Par Céline Romainville, auteur
Conférence-lecture organisée par l’Association Trans Musicales

Cette conférence lecture est la troisième que nous consacrons aux droits culturels.

 

La première portait sur la genèse de la déclaration de Fribourg, texte promoteur du renouveau de cette notion et agrégateur de ce qui était dispersé au travers d’autres écrits.

Trans 2009 : la déclaration de Fribourg sur les droits culturels

Conférenciers : Johanne Bouchard et Ferdinand Richard

 

La seconde se prêtait plutôt au jeu d’exégèse et commençait à entrer dans le vif de cette expression qui connaît maintenant un joli succès d’attention.

Trans 2011 : le cheminement vers les droits culturels

Conférenciers : Roland de Bodt et Jean-Michel Lucas.

Il nous a semblé que, sans plus de précisions, le flou sémantique des termes pouvait mener au contresens tant le caractère générique de l’appellation prête à l’amalgame et à la confusion. A tout le moins, nous risquions d’engager un dialogue de sourd car les droits culturels nous semblent recouvrir l’ensemble des droits applicables à l’être humain. Ils seraient redondants aux droits dits de l’homme. Ainsi, à tout dire, ils ne signifieraient plus rien.

Cette indétermination est préjudiciable à l’appropriation concrète de la notion. Alors, dans l’objectif de retrouver notre matière artistique et culturelle, nous proposons de procéder à une clarification qui permette de reconnecter « les droits culturels » au secteur culturel et à notre activité d’acteur culturel ?

Dès lors que les termes reprennent une définition rigoureuse, de quel sens sont-ils porteurs et dans ces conditions, quelle application précise de ces « droits » est-elle possible ? Cette conférence vous proposera une lecture concrète de ces droits dits culturels au travers du prisme juridique.

La conférence lecture s’appuie sur le texte Les droits culturels – un nouveau référentiel pour les centres culturels ? La conférencière est Céline Romainville, auteure du texte.

 

Intervenant(s)

Présentation du SMA, de CD1D et de la Félin - Rencontre apéritive à destination des structures de musiques actuelles : labels, producteurs de spectacles, radios, salles de concerts, festivals, centre de formation, réseaux et fédérations
Rencontre proposée par le SMA, CD1D, la Félin

Le SMA, CD1D et la Felin se sont beaucoup illustrés ces derniers temps via leur investissement dans le projet de Centre National de la Musique – CNM. Suite aux décisions de la Ministre de remanier le projet, nos 3 organisations ont décidé de travailler ensemble de manière plus étroite pour couvrir l’ensemble du champ des musiques actuelles : de la scène aux musiques enregistrées et répondre aux différentes problématiques y afférant.

A l’occasion de ces 34èmes Trans, le SMA, CD1D et la Felin vous proposent un moment convivial de présentation de leurs actions, de leurs objectifs et des services qu’ils proposent à leurs membres.

 

Intervenant(s)
Un référentiel d'évaluation : l'utilité sociale des festivals
Présentation de la démarche menée par le Collectif des Festivals

Par Hélène Duclos

 

Accessibilité pour les personnes en situation de handicap, politique tarifaire accessible, réduction des risques en milieu festif, soutien à la création et aux jeunes artistes, éducation artistique… Nombreuses sont les actions menées par les festivals qui contribuent à la solidarité, la cohésion sociale et favorisent l’épanouissement de chacun.

Si nous avons les outils pour mesurer les impacts économiques et environnementaux d’un festival, qu’en est-il de son impact sur les publics, les équipes, les artistes et la société ?

Partis du constat qu’ils avaient des difficultés à rendre compte des actions touchant les participants, à les valoriser et à dépasser les simples constats chiffrés ou les observations subjectives, des festivals engagés dans une démarche de responsabilité sociétale et environnementale en Bretagne se sont penchés sur la question de l’évaluation de leurs actions sociales et culturelles.

Pendant un an, six festivals* du Collectif FEDDS Bretagne ont ainsi été accompagnés dans le cadre d’un DLA par Hélène Duclos, spécialiste de l’évaluation de l’utilité sociale afin de construire ensemble et avec le concours de leurs parties prenantes un référentiel d’évaluation de l’utilité sociale des festivals.

Cette restitution, animée par Hélène Duclos et les festivals ayant participé au groupe de travail, constitue une 1ère présentation du référentiel obtenu et de sa démarche d’élaboration, auprès des festivals et de leurs partenaires. Elle sera également l’occasion d’échanger et de débattre sur l’évaluation de l’utilité sociale pour le secteur culturel.

*Les Bordées de Cancale, le Grand Soufflet, Quartiers d’Été, Les Rencontres Trans Musicales, les Tombées de la Nuit et Travelling

Intervenant(s)
Les logiques européennes et internationales dans les projets de musiques actuelles : Quelles collaborations entre les acteurs des musiques actuelles, les institutions, le bureau export, l'Etat et les collectivités territoriales pour s'emparer de ces logiques et mener à bien des projets ?
Table ronde proposée par la FEDELIMA, le CNV, Bureau Export

L’ouverture sur le monde caractérise les musiques actuelles. Les projets portés par les artistes et les professionnels de la filière musicale n’intègrent cependant pas systématiquement des logiques de développement à l’international. Pourtant, qu’il s’agisse de stratégie liée à des développements économiques ou d’inscription de la dimension internationale dans des projets culturels et artistiques, les projets se développent dans une dynamique croissante de collaborations croisées entre acteurs, institutionnels et organismes professionnels.

Cette table ronde vise, en partant de quelques cas concrets, à poser la question des coopérations entre acteurs : quelles sont-elles aujourd’hui ? Dans quelle mesure celles-ci pourraient être améliorées, intensifiées ?

Autour des exemples d’IC Music, de Tamil Nadul Music Coorp, du développement à l’international du catalogue du producteur de spectacles Daka Tour… un panorama des soutiens et collaborations avec l’Europe, l’Institut français, les collectivités territoriales – et notamment les Régions, les organismes professionnels de la filière musicale (Bureau Export, CNV…) sera esquissé. Les logiques de coopération entre acteurs et les voies de leur intensification seront questionnées et mises en débat avec la salle.

Intervenant(s)

Frédéric Carré > La Lune des Pirates
Maïwenn Furic > Conseil Régional de Bretagne
Romain Pellicioli > Daka Tour
Jacques Renard > CNV
Frédéric Robbe > L’AstrolabeAude
Tillette Bureau > Export
Fabienne Trotte > Relais Culture Europe
Olivier Delpoux > Institut Français

Les musiques actuelles et populaires en Europe : "artisanat" VS "industrie"
Table ronde proposée par la FEDELIMA

Voici une nouvelle occasion de travailler sur les grands mouvements économiques qui déstabilisent le monde de la culture, et notamment de la musique vivante et enregistrée aujourd’hui. Face à la concentration financière dans le champ de la production et de la diffusion des musiques actuelles en Europe, avec notamment l’implantation de grands groupes mondialisés, mais également face à la stratégie « Europe 2020 » de l’union Européenne qui sacralise « l’industrie culturelle créative » en la mettant au cœur d’une stratégie globale d’effort donné face à la crise économique mondiale, nous nous interrogeons sur cette diversité culturelle Européenne, qui doit à la diversité des acteurs sur les territoires son existence, dans ce qu’elle puisse survivre lorsque des politiques publiques sont élaborées de façon à favoriser ce qui est « rentable »…

Qui sont ces acteurs de la diversité ? En quoi leur façon de travailler, le fruit de leur travail, diffère-t-il de celui des grands groupes et des entreprises mondialisées ? Quelles richesses autres que financières génèrent-ils ?

Comment mettre en valeur ces richesses dans une société ou l’économiquement rentable prime sur le reste, dans un moment ou la « crise » mondiale sous- entend que chaque secteur fasse des « efforts » pour tenter, à son niveau, d’apporter sa contribution à un état délétère ?
Cette crise dont les effets induits sur les pays touchés participe de plus d’un repli sur soi, d’une tentative de resserrement des frontières, d’une montée des régionalismes et des nationalismes qui rendent d’autant plus difficile la mise en valeur et de la promotion des diversités des cultures.

Intervenant(s)

Philipe Eynaud > Maitre de conférence à l’IAE de Paris
Philipe Eynaud > Maitre de conférence à l’IAE de Paris
Gérôme Guibert > SorbonnePatricia Coler UFISC

Rencontre avec les artistes Thierry Chazelle et Lili Cros
Proposée par Pôle Emploi Spectacle

Coups de cœur de l’Académie Cros, l’Album Voyager léger est aussi le premier qui associe sur la même galette Thierry Chazelle et Lili Cros, après qu’ils aient fait scène commune dans tout l’hexagone. Couple à la ville, c’est un choix artistique qui les a portés vers cette formule en duo mais aussi un choix de production et de diffusion. Ces artistes, qui savent particulièrement bien s’entourer, viendront partager avec vous leur réflexion sur le métier en racontant leur parcours, leurs interrogations, et les solutions mises en place pour se développer.

Intervenant(s)
Responsabilité et pouvoirs de l'employeur dans les structures de musiques actuelles (gestion RH, gouvernance, pénal)
Table ronde proposée par le Jardin Moderne et le SMA

De nombreuses structures sont dirigées par des autodidactes qui cohabitent aujourd’hui avec une génération de diplômés issus de cursus des métiers de la culture. Mais les questions et les problématiques liées aux responsabilités et pouvoirs de l’employeur, qu’il soit salarié ou bénévole, révèlent parfois un déficit d’organisation ou d’information qui peuvent handicaper la prise de décision.

Où en sommes-nous sur les compétences dans ce domaine ? Quel équilibre entre le droit commun et les spécificités du secteur ? Comment informer et former les dirigeants bénévoles ? Quels sont les outils adaptés aux structures de musiques actuelles ? Comment conjuguer militantisme, valeurs et management efficace ?

Autant de questions autour desquelles nous vous proposons d’échanger durant cet atelier.

Intervenant(s)

Jakez L’Haridon > Run ar Puns
Rapass Rachel  >Cordier Confort Moderne
Philipe Eynaud > l’IAE de Paris
Jean-Pierre Vivante > Triton

"Développeurs d'artistes" : quelle place dans la filière ?
Table ronde proposée par le Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire

Depuis 2007, le collectif des développeurs d’artistes s’est constitué au sein du Pôle de coopération Musiques Actuelles en Pays de la Loire pour réfléchir sur leur fonction et agir collectivement afin de faire reconnaître leur place au sein de la filière.

En cinq ans, les développeurs ont écrit une charte, mis en oeuvre des projets communs, co-construit et co-géré un dispositif d’aide régionale et assurés une présence collective lors d’événements professionnels (JIMI, BIS, Printemps de Bourges). En 2010, ils ont commandé au Pôle une enquête Flash pour disposer de données fiables sur leurs métiers et aller plus loin dans l’analyse.
Quel poids économique, quelle fonction dans la filière, combien d’emplois génèrent-ils ? Quelle part
prennent-ils dans la chaîne de création de la valeur artistique ? Voici quelques-unes des questions auxquelles la restitution de cette étude pourra répondre. Ou comment prendre en compte ce nouvel acteur incontournable…

Intervenant(s)

Marina Daviaud > Buzz Médiatik
Guillaume Bassompierre Le Ragondin > Tourneur
Emmanuel Parent > Le Pôle

L’évaluation dans le secteur culturel : analyse comparée des conceptions de l’évaluation en Europe
Table ronde proposée par le Collectif FEDDS en Bretagne

Alors que les perspectives des normes internationales et de l’éco conditionnalité apparaissent dans le secteur culturel, l’évaluation nous invite à déterminer la valeur de nos actions, dans leur globalité et leur diversité.
En France, cette question est relativement récente et les démarches d’évaluation restent souvent positionnées à la marge et à la fin de l’action ; quand au contraire, dans les pays nordiques ou anglo-saxons, les organisations ont intégré l’évaluation au début de la réflexion des projets.
Mais de quelle évaluation parle-t-on ? Pour certains, elle est ressentie comme un jugement, une demande de rendre des comptes. Pour d’autres, elle consisterait à mesurer un écart par rapport à un objectif prévisionnel, à

un standard ou une norme au risque de gommer les singularités humaines. D’autres enfin, ont vu dans les demandes d’évaluation l’occasion de contester, d’influencer, de négocier, individuellement ou collectivement, les analyses dont ils font l’objet.
Le secteur culturel n’échappe pas à ces questionnements généraux même si l’évaluation y a une place et des fonctions particulières.  Cette table ronde propose donc d’apporter un éclairage historique sur les contextes d’émergence de l’évaluation en France et en Europe, étayé par une lecture psychanalytique et une comparaison sociologique des systèmes d’évaluation afin que chacun puisse construire sa position et s’emparer de ce sujet piquant.

 

Intervenant(s)

Olivier Causse, Société Française de l’Évaluation
Alain Abelhauser, professeur des université en psychopathologie clinique (Université Rennes 2)

 

2011

A l’heure d’ouvrir un nouveau cycle de notre agenda 21 et touchant l’ensemble de notre activité et de nos matières de faire, Rencontres & Débats poursuivent leurs réflexions sous l’angle du développement durable et mettent l’humain au centre des débats.

De la notion de droits culturels aux principes de responsabilité sociale et sociétale, il s’agit de questionner les fondamentaux de l’action publique au sens large – des politiques publiques aux projets sur les territoires – et de (re)penser la place de la culture dans notre « environnement ».

Rendez-vous est ainsi donné sur ce thème pour plusieurs éditions des Trans. Autant d’occasions d’interroger nos projets, les principes qui les fondent et d’éclairer le sens de nos pratiques sur le territoire européen, tant il y a à dire, à partager, à débattre pour échafauder ensemble ce qui pourrait être une nouvelle période de l’action culturelle.

La convention Collective des Entreprises Artistiques et Culturelles
Journée d’information proposée par le SMA
Intervenant(s)

Représentation syndicale de : UFISC, SMA, SCC, Synavi

Concert musiques actuelles jeune public : comment articuler artistique et pédagogique ?
Atelier organisé par l’Antipode et Armada Productions

Ou comment conjuguer approche pédagogique et artistique et en débattre avec les professionnels du spectacle, de l’enfance et de l’éducation nationale présents dans la salle.

Intervenant(s)

Avec la participation d’enseignants et conseillers de l’Education Nationale.

Rendez-vous avec Claude Lemesle
Rendez vous professionnel organisé par Pôle Emploi Spectacles et la SACEM.

Auteur de Reggiani, Dassin, Bécaud, etc., Claude Lemesle est également Vice-Président de la SACEM.

Intervenant(s)

Claude Lemesle

La mise en place d'une démarche GPEC dans les entreprises de musiques actuelles
Atelier proposé par le Jardin Moderne et le SMA

La GPEC, un acronyme qui envahit les discours et nous est présenté comme l’Eldorado des ressources humaines : mais que recouvre concrètement la « gestion prévisionnelle des emplois et des compétences » ?

Intervenant(s)

Elisabeth Lecoeur > Mundetis compétences

Carole Le Rendu Lizee > Enseignant-chercheur Université Angers

Pascal Chevreau > Président du SMA

Tatiana Maksimovic > AFDAS

Martine Le Bras > DRAC Bretagne

Janick Tilly > Penn Ar Jazz

Guillaume Léchevin > Le Jardin Moderne

Dans quelle mesure la modification du modèle économique des projets de spectacle, qu'ils soient de création, de production ou de diffusion, a-t-elle une action sur la diversité artistique ?
Table ronde proposée par le CNV

Le désengagement de certains partenaires, ou l’investissement croissant d’autres, ont très clairement modifié au sein du spectacle vivant la structure des financements voire des dépenses. Ces évolutions financières ont-elles eu un impact sur la diversité au sein du secteur ?

Intervenant(s)

Cyrille Gohaud, Pannonica, FSJ

Pierre-Pascal Houdebine, Furax

Bastien Lallemant, artiste

Joran Le Corre, Wart / Panoramas

Guy Marseguerra, CNV

Jacques Renard, CNV

Fred Robbe, Astrolab / Fédurock

Paul-Henri Wauters, Le Botanique, la Fédération de Concerts!

L'observation participative et partagée à l'échelle d'un réseau européen : enjeux et perspectives
Atelier proposé par Live DMA et la Fédurock

Faisant sens avec les réflexions portées par la conférence lecture et la table ronde « Les contradictions entre droits culturels et politiques publiques » des Rencontres & Débats, cet atelier vous présentera les travaux du Survey Committee du réseau Live DMA et laissera place à une discussion ouverte avec l’ensemble des participants.

Intervenant(s)

Gérôme Guibert, La Sorbonne

Jakob Brixvold, Live-DMA, Dansklive

Arne Dee, VNPF

Le cheminement vers les droits culturels
Conférence-lecture proposée par l’Association Trans Musicales, la Férurock et le Collectif des Festivals

Depuis le travail réalisé par le Groupe de Fribourg, force est de constater que cette notion nouvelle
des droits culturels était contenue en germe dans
le corpus des textes définissant les droits de l’homme : déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et 1793, déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, déclaration universelle de l’Unesco sur la diversité culturelle, convention sur la protection et promotion de la diversité des expressions culturelles, texte d’Arc et Senans, etc. Après le décryptage de la Déclaration de Fribourg en 2009, cette seconde conférence-lecture
propose une approche juridique de la notion avec les changements de point de vue qu’elle induit.
De même qu’elle en analysera les conséquences sur la conception même de la culture et de nos métiers.

Intervenant(s)

Jean-Michel Lucas, Université Rennes 2

Roland De Bodt, l’Observatoire des politiques culturelles – Fédération Wallonie Bruxelles

Les contradictions entre droits culturels et politiques publiques
Table ronde proposée par l’Association Trans Musicales, la Férurock et le Collectif des Festivals

Après la visite des grands textes et principes internationaux proposée lors de la conférence
lecture, penchons-nous sur l’adéquation entre les valeurs revendiquées et leur mise en œuvre à travers les politiques publiques européennes et nationales. Les orientations prises par la Commission Européenne en cette période de crise économique et financière circonscrivent très largement la culture à la notion d’“industries créatives”. Mais peuvent-elles à elles seules représenter l’ensemble du champ culturel ? L’économie concurrentielle serait-elle la seule porte de sortie des politiques culturelles européennes aujourd’hui, alors que nos grands textes fondateurs reposent sur des notions humanistes, déclinées dans le texte sur les “droits culturels” ?

Intervenant(s)

Philippe Teillet, IEP Grenoble

Inès Da Silva, DGCA

Quel sens des responsabilités pour les arts et la culture ?
Table ronde proposée par l’Association Trans Musicales, la Férurock et le Collectif des Festivals

A un moment où le croisement culture et développement durable est à l’honneur dans nombre de colloques et rencontres, nous proposons de rechercher les lieux de convergence entre ces deux domaines en questionnant les principes fondateurs. Au-delà du seul pilier environnemental, comment fonder l’intérêt et l’investissement des acteurs culturels dans le développement durable ? En tant que notion morale aux fondements du développement durable, interrogeons le “principe responsabilité”, développé par Hans Jonas dans son écrit de 1979. Sa transposition au domaine culturel est-elle pertinente ? Comment nous est-elle applicable ? Et d’ailleurs, pourquoi le serait-elle ?

Intervenant(s)

Pascale Bonniel-Chalier, Université Lumière Lyon 2

Sébastien CORNU, Férurock

Jean-Christophe Mathias, chercheur indépendant

Elizabeth Auclair, Université Cergy-Pontoise

Intervenant(s)
2010

Dans un contexte actuel bouleversé, mouvant et incertain, prendre le temps de la réflexion n’est pas un luxe : c’est une nécessité. Les Rencontres & Débats aux Trans sont ainsi pensés pour ouvrir, à l’intérieur du festival, un espace de réflexion, d’échanges et de débats sur des problématiques actuelles rencontrées par le secteur culturel et touchant, plus largement, l’ensemble de notre société.

Au total, une dizaine de rendez-vous est proposée, soit autant d’occasions de rencontres, d’échanges et de discussions.

Loin d’un projet pour seuls professionnels ou initiés, notre démarche se veut accessible, informative et ouverte à tous les publics, afin que chacun puisse trouver des points de repère, des références, des bases de compréhension sur notre monde et ses évolutions.

Consolider sa connaissance du métier, renforcer son réseau : un artiste vous raconte son parcours
Rencontre proposée par Pôle Emploi Spectacle
Intervenant(s)

Ben MAZUE, artiste

Yann AUTRET, NéoNovo

Evoluer dans sa carrière : les dispositifs d'accompagnement et de formation des artistes et techniciens
Présentation proposée par Audiens, l’AFDAS, Pôle Emploi, la Région Bretagne et la DRAC Bretagne
Intervenant(s)
Développement durable : une démarche conjointe des professionnels du spectacle vivant est-elle possible, et comment ?
Table ronde proposée par le CNV
Intervenant(s)

Guy MARSEGUERRA, CNV

Jacques RENARD, CNV

Béatrice MACÉ, ATM

Fabienne ROUX, Far Production

Bruno GERENTES

Pierre-Yves ROMANO, Pyrprod

Frédéric LACHAIZE, Reggae Sun Ska Festival

Alexis LANVIER, Reggae Sun Ska Festival

Maryline CHASLES, Collectif FEDDS

Vanessa ESCAICHE, RAMA

François DELAUNAY, Chabada, Fédurock

Landry OLIVIER, Zénith Nantes

Monica FOSSATI, magazine Ekwo

Musiques actuelles : l'enfant au concert
Table ronde organisée par l’Antipode et Armada Productions
Intervenant(s)

Hélène Lebreton, GRPAS

Karen Blanchard, l’Antipode

Brigitte Lallier-Maisonneuve, théâtre Athénor

Christelle Hunot, Théâtre Lillico, festival Marmaille

Erwann Raguenes, Rick le cube

Bertrand Bouessay, Ministère de la Jeunesse et de la Magouille

Jesse Lucas, Rick le cube

Quelle indépendance artistique pour nos lieux de diffusion ?
Débat proposé par le SMA
Intervenant(s)

Pascal Chevereau, SMA

Fred Robbe, SMA, Astrolab

André Cayot, DGCA

François Delaunay, SMA, Chabada

Présentation Live DMA
Par Live DMA
Intervenant(s)
Accès aux droits culturels et participation des personnes en situation de précarité sociale à la vie culturelle
Table ronde organisée par l’Association Trans Musicales

« Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique eu aux bienfaits qui en résultent » Art 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Les dimensions multiples de la pauvreté conduisent à un grand nombre de privations et génèrent d’importants obstacles à l’accès aux droits les plus fondamentaux tels que le logement, la santé ou l’éducation. Moins visible ou souvent moins revendiqué, le droit à la culture est pourtant un pilier essentiel d’une participation active à la vie locale, les arts et la culture offrant un espace d’expressions, de rencontres et d’échanges et la possibilité de création de nouveaux liens et de dynamiques susceptibles de réduire et de lutter contre l’exclusion sociale qui affecte parfois profondément les personnes en situation de pauvreté.

> Comment la culture, ses acteurs et ses public peuvent ils contribuer au respect de l’égale dignité des personnes et leur garantir l’accès à leurs droits culturels ?

> Comment favoriser la participation des personnes en situation de pauvreté à la vie culturelle, et ainsi valoriser leurs compétences et leurs désirs ?

> Quelles nouvelles formes de solidarités et de relations entre les champs éducatifs sociaux et culturels peut on imaginer afin de contribuer activement à la réduction des inégalités sociales et culturelles ?

Après avoir donné une perspective de la place et du rôle de la culture dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, des acteurs européens viendront partager et échanger autour de leurs expériences et projets menés avec des personnes en situation de précarité.

Intervenant(s)

Daphné TEPPER, Culture Action Europe

Laurence ADAM, l’absl Article 27

Antonio AREAN, DentroFuera

Jess GORMLEY, Streetwise Opera

Accessibilité des publics dans le secteur culturel en Europe
Table ronde organisée par Le Collectif des Festivals

En France et en Europe, de nombreux lieux et évènements culturels sont attentifs à faciliter un meilleur accès aux personnes en situation de handicap. Ceci passe par la mise en accessibilité des équipements et par des actions adaptées au public en situation de handicap : parcours accompagnés, spectacles avec dispositifs d’audio-description ou de sur-titrage, adaptation des outils de communication, etc…

Si ce champ est de plus en plus exploré, la question de l’accès de chacun aux arts et à la culture concerne également d’autres situations spécifiques et publics qui, par leur origine et condition sociale, la diversité de leurs pratiques culturelles, leur âge, … n’exercent pas de manière égale une citoyenneté pleine et entière et pour lesquels l’accès aux services et l’accès aux droits cultures n’est pas entièrement respecté ou garanti.

Que signifient ces concepts d’accès et d’accessibilité aux arts et à la culture ?

Comment les acteurs culturels se saisissent-ils aujourd’hui de la question de l’accès et de l’accessibilité ?

En quoi le droit d’accès aux arts et à la culture est-il respecté et garanti pour tous ? Comment identifier et répondre aux différents besoins d’accessibilité des publics ?

Quelles sont les dispositions particulières mises en œuvre par les acteurs culturels pour favoriser un large accès à leurs projets et/ou lieux ?

Autour de la table, des sociologues et des acteurs culturels européens viendront éclairer ce sujet par leurs témoignages et débattre de ces questions essentielles dans la relation des personnes aux arts et à la culture.

Intervenant(s)

Emmanuel Ethis, Université d’Avignon

Sari Salovaara, Culture for All Service – Helsinki- Finlande

Helena Ruhkala, Cultural Centre de la Ville d’Espoo – Finlande

Claudine Bechet-Metz, Cultur’All – Luxembourg

Catherine Louveau, Sociologue – Université Paris-Sud 11

Précarité des métiers artistiques et culturels
Table ronde organisée par la Fédurock

Les campagnes, les villes et les métropoles, après avoir été industrieuses, se doivent désormais d’être créatives. La commission Européenne, dans son dernier livre vert, parle même de « libérer le potentiel des industries culturelles et créatives ». L’idée d’un nouvel Eldorado sur fond de concurrence exacerbée semble s’imposer pour les créatifs, les créateurs, les manipulateurs de la connaissance, de la symbolique, de l’abstraction et de la représentation humaine.

Dans quelle contrée attractive et compétitive, dans quel pays d’Europe, dans quelle partie du monde faudra-t-il être ? Comment participer de la production de cette richesse qui s’appuie, du fait de la révolution informationnelle, sur la propriété immatérielle et intellectuelle ?

Se peut-il que ces nouvelles articulations économiques introduisent non seulement de nouvelles inégalités mais aussi de nouvelles précarités, en particulier dans les milieux artistiques et intellectuels où de plus en plus de « travailleurs » disposent de peu de garanties d’obtenir ou conserver dans un avenir proche un niveau de vie « acceptable ».

Cette perspective ne peut qu’engendrer dès lors un mélange d’angoisse, d’exclusion, d’injustice et d’amertume, surtout quand, dans le quotidien, leur situation sociale tend déjà à se dégrader.

On pourrait cependant croire qu’échappent à cette situation ceux dont le haut niveau intellectuel ou la pratique artistique professionnelle confère un prestige d’image s’associant souvent dans les esprits à un confort matériel évident.

C’est pourtant loin d’être le cas avec les systèmes assurantiels et de solidarité fragilisés. Pour un penseur, pour un artiste médiatisé et devenu « bankable », combien de chercheurs, combien d’artistes vivent avec le minimum, malgré un « capital symbolique » des plus importants ? Mais on ne vit pas que de symboles….

Intervenant(s)

Patricia Coler, UFISC

Uwe Doll, Creative Quartiere – Hambourg

Mathieu Grégoire, post-doctorant au CEE – Paris

2009

Les tables rondes prennent de l’envergure pour devenir de véritables rencontres, mêlant conférences et lectures, débats, ateliers… Au total, une dizaine de rendez-vous est proposée, soit autant d’occasions de rencontres, d’échanges et de discussions orientés vers les professionnels mais ouverts à tous les curieux.

Loin d’être un projet pour les seuls initiés, la démarche se veut accessible, informative, contributive et ouverte au plus grand nombre. Car le contexte actuel, caractérisé par une succession de bouleversements, nous conduit à cette proposition d’un véritable espace de réflexion. Il s’agit pour nous de contribuer à créer les meilleures conditions permettant l’échanges d’idées, de donner des points de repère, des références, des bases de compréhension. Mais aussi de proposer une vision d’ensemble pour un élargissement des connaissances.

Action culturelle, publics et territoires - construire du local à l'international : l'exemple de la région Nord-Pas de Calais
Table ronde proposée par l’Association Trans Musicales

Rencontres, conférences, ateliers de pratiques artistiques, accompagnement des pratiques amateurs, interventions en milieu scolaire, projets croisés avec les acteurs du champs social et de l’éducation populaire, actions en milieu pénitentiaire, résidences de co-création artistes/publics, politique tarifaire… Il y a finalement autant de représentations de ce que peut être l’action culturelle dans une structure artistique que de pratiques en la matière !

Malgré la diversité des initiatives et le potentiel des partenariats développés, ces actions restent fragiles. Peu visibles, inégalement développées selon les projets et les territoires, elles sont souvent moins soutenues financièrement que les actions d’accompagnement artistique ou de diffusion.

Au-delà de l’intérêt d’offrir des clés de compréhension à des publics parfois éloignés des propositions artistiques et de favoriser leur implication, les projets d’action culturelle menés depuis une vingtaine d’années ont pourtant montré qu’ils pouvaient contribuer à créer un espace sensible de rencontres entre les artistes et les publics, d’échanges et de débats. Un espace où les compétences individuelles et collectives mises en œuvre participent à l’émergence symbolique de nouveaux territoires et où l’on prend en compte l’épanouissement de l’être humain comme un véritable objectif des politiques publiques, (re)donnant ainsi aux arts et à la culture, avec leurs spécificités, toute leur place dans une dynamique plus large.

Au travers de l’exemple de la région Nord – Pas de Calais, nous verrons dans quelle mesure la participation à un réseau, à l’échelle locale comme sur de plus larges échelles (régionales, nationales, européenne voire internationale), accroît encore davantage les possibilités de l’action culturelle.

Et comment ces dynamiques croisées, ces coopérations peuvent se traduire par de nouvelles réflexions et partage des connaissances, de nouvelles formes de mobilité pour les équipes, les artistes mais aussi les publics et par l’apparition de pratiques culturelles exploratoires et la réalisation de véritables actions collectives.

Intervenant(s)

Phillipe Teillet, Maître de conf Sciences Politiques – IEP Grenoble

Boris Colin, Grand Mix de Tourcoin

Benoît Garet, Peace in Music et Roots & Roots France

Xavier Leleux, Peace in Music et Roots & Roots France

François Jolivet, RAOUL

Caroline Perret, FEDUROCK

Laëtitia Shériff, artiste

La déclaration de Fribourg sur les droits culturels
Conférence-lecture proposée par l’Association Trans Musicales

La conférence-lecture marque l’ouverture des rencontres et débats de ces 31èmes Rencontres Trans Musicales. Son principe est simple : inviter à la compréhension d’un texte majeur ou innovant dans le secteur culturel, en expliquer la genèse,
les motivations, les fondements
et permettre à chacun d’entrer
plus en profondeur dans le débat d’idées actuel.
 Au programme cette année :
la Déclaration de Fribourg
sur les Droits Culturels.
Fruit d’un travail de vingt ans
d’un groupe international d’experts connu sous le nom de “Groupe de Fribourg”, ce texte rassemble
et explicite des droits “culturels” déjà reconnus, mais de façon dispersée, dans de nombreux instruments
du Droit International et des Droits de l’Homme.
Quels sont ces “droits culturels” ? Que recouvrent-ils ? Surtout, que signifie le fait même de “reconnaître des droits culturels” ? Dans quelle approche de la culture nous situons- nous dans ce contexte ?

Ferdinand RICHARD (Directeur de l’AMI – Aide aux Musiques Innovatrices – Centre de Développement pour les Musiques Actuelles) viendra apporter son éclairage sur cette notion des “droits culturels”.

Intervenant(s)

Ferdinand Lucas, AMI (Aide aux Musiques Innovatrices)

Johanne Bouchard, Institut Interdisciplinaire d’Ethique et des Droits de l’Homme

Une économie peut-elle être créative ? Concepts et réalités en Europe
Table ronde proposée par la Fédurock

« La littérature sur « l’économie créative» et ses multiples avatars revendique l’ouverture définitive des frontières entre culture et économie. On nous promet ainsi que l’économie et son « mariage avec la culture [sera] une source de renouvellement et de dynamisme largement démontré» (Jean Michel Lucas)

 

L’objet de notre table ronde est de réfléchir à ce nouveau concept d’économie créative et à son application dans le secteur des musiques actuelles. A partir de l’exemple donné par des acteurs de plusieurs pays d’Europe, nous tenterons de comprendre les implications de ce terme pour les musiques actuelles, et plus largement pour le secteur culturel, sur le territoire européen, à travers un certain nombre de questions : l’économie créative peut elle prétendre à être une nouvelle forme économique pour le secteur des musiques actuelles ? Qu’y gagnent les artistes ? Les professionnels du secteur ? Les entreprises, les territoires ? Le secteur des musiques actuelles se construit aujourd’hui autour de nouvelles valeurs et de nouveaux modes économiques, en particulier autour de l’économie sociale et solidaire. Le concept d’économie créative solidaire est-il alors possible ?

 

Intervenant(s)

Gérôme Guibert, CNRS-CNAM

Jean-Michel Lucas, Rennes 2

Armando Ruah, Access

Phillipe Berthelot, Fédurock

Musiques actuelles : quelles créations artistiques pour le jeune public ?
Rencontre proposée par l’Antipode et Armada Productions
Intervenant(s)

David Fontaine, l’Epicerie Moderne

Cédric Guyomard, artiste

Norman Bambi, artiste

Mami Chan, artiste

Culture(s) et développement durable en Europe
Table ronde proposée par Le Collectif des Festivals

La relation entre la culture et le développement durable n’est pas évidente. Depuis 1972, la culture reste une composante marginale du développement durable et sa prise en compte dans les sommets et textes internationaux a été pauvre.

Pourtant, l’histoire nous montre que ce sont des enjeux culturels et des intellectuels qui ont fait naître les mouvements institutionnels du développement durable. Actuellement, les acteurs culturels ont commencé à s’inspirer de la philosophie du développement durable et, par de nouvelles approches environnementales, sociales ou économiques, font évoluer leurs pratiques.

Plusieurs questions importantes nous viennent à l’esprit pour éclairer les relations entre ces deux champs :

> S’agit-il seulement d’utiliser les artistes pour soulever l’intérêt sur le changement climatique par exemple ?

> ou de construire des lieux culturels « efficients » au regard de l’utilisation des ressources naturelles  et des problématiques écologiques ?

> S’agirait-il donc d’en demander plus aux milieux culturels ?

A travers de leurs expériences locales et européennes, les intervenants tenteront d’apporter un éclairage sur les relations possibles entre culture(s) et développement durable.

> Où se situe le champ culturel dans la philosophie du développement durable ?

> Comment le développement durable inspire-t-il le secteur culturel ?

> Comment les acteurs culturels européens s’emparent-ils de ces questions ?

> Peuvent-ils y apporter des réponses spécifiques ?

Intervenant(s)

Pascale Bonniel-Challier, élue

Fazette Bordage, Institut des Villes

Les enjeux de l'action culturelle autour de créations musiques actuelles pour le jeune public
Rencontre proposée par l’Antipode et Armada Productions
Intervenant(s)

Florent Bénéteau, Florida

Sophie Broyer, l’Epicerie Moderne

Néry, artiste

Economie des festivals de musiques actuelles en France / indicateurs d'activité et typologie
Table ronde proposée par le CNV

Depuis 2008, le Centre National
de la Chanson, des Variétés et du Jazz (CNV) a coordonné un groupe
de travail constitué d’une dizaine de personnalités qualifiées, organisateurs de festivals pour la plupart, afin d’élaborer des indicateurs d’activité
et d’évaluation desdits festivals.
 En effet, les porteurs de structures
et de projets festivaliers ont besoin d’outils pour suivre l’économie de leur projet dans le temps et dans l’espace (au regard des autres événement
de ce genre) et pour rendre compte à leurs partenaires (institutionnels, financiers…).

Dans le cadre de son activité Ressources et parce qu’il collecte
de nombreuses informations auprès des acteurs du secteur, le CNV est en capacité de fournir aux structures des indicateurs quantitatifs portant sur
les budgets, des indications concernant certaines caractéristiques,
et de contribuer ainsi à définir
une typologie du festival en France.

Ce groupe de travail propose
de présenter succinctement l’évolution de ses travaux avant d’ouvrir le débat pour partager expériences et attentes avec l’ensemble des représentations de festivals présentes aux Trans Musicales.

Intervenant(s)
2008

Les Trans sont un festival et ne se définissent d’ailleurs pas autrement, ni forum ni séminaire ni marché. Mais parce que leur programmation est osée et aventurière, elles attirent et accueillent de très nombreux professionnels et médias.

Profitant de leur venue et de notre retour sur le Village, nous proposons d’autres initiatives, en amont des concerts, pour accroître la dynamique des rencontres et d’échanges. Les tables rondes participent de cette volonté de provoquer conversations, apartés, concertations et débats. D’autant plus que le moment que nous traversons est fait de mutations et notre quotidien est véritablement en changement.

Les professionnels présents sur le festival viennent de tous les horizons musicaux et spectacle vivant (métiers, structures, esthétiques) : notre propos n’est donc pas de traiter en profondeur de sujets spécialisés pour initiés. Mais plutôt de présenter, de rendre compte d’expériences, de transmettre des informations, de « faire le point sur » : bref de participer à poser, à stabiliser certaines bases sur lesquelles notre action se pense et se construit. Sur des sujets en lien avec le projet du festival et l’actualité, chaque table ronde a été travaillée avec un organisme, collectif ou association, ayant une compétence avérée sur la thématique. Autour de la table, seront réunis des professionnels avec une expérience différente et une analyse particulière.

L’évolution des modes de production de la musique
Table ronde proposée par la Fédurock

Le domaine des musiques dites populaires, ou actuelles pour la France, connaît de tels changements que nous pouvons comparer cette période à celle de la découverte en 1877 de la fixation par Edison. Il semble évident que les schémas habituels aussi bien économiques, techniques qu’artistiques sont amenés à évoluer voire à muter.

Depuis le 19ème siècle, les évolutions technologiques liées à la duplication et à la diffusion de musiques ont contribué à rendre ces phénomènes de mutations inéluctables et cycliques. Le secteur de l’industrie musicale n’a de cesse de s’adapter à ces changements, sans que toutefois cela ne bouleverse le modèle économique initial dominant.

Aujourd’hui, à l’échelle mondiale et à l’heure de la dématérialisation et de l’internet, la question peut se poser de nouvelles évolutions de produire et de vivre la musique qui, pour la première fois, seraient susceptibles d’alternatives économiques. La marketisation de la musique en produit culturel de masse, la « supposée » gratuité, la circulation instantanée de l’information, la dématérialisation et la démocratisation de la production, l’engouement sociétal fort pour ces musiques sont autant de dynamiques qui viennent impacter le modèle qui s’est développé jusqu’à présent. Nous tenterons lors de cette table ronde de poser un état des lieux, des mouvements de fond afin de discerner les perspectives possibles, notamment à travers les analyses d’acteurs européens alternatifs.

Intervenant(s)

Gérôme GUIBERT, Chercheur – Universitaire CNRS-CNAM

Jon SLADE, Elastic Artists Agency

Cédric Claquin, CD1D

Olivier ANCIAUX, radio indépendante Equinoxe

Bertrand HALLET, radio indépendante Equinoxe

Armando RUAH, Acces – réseau espagnol de salles musiques actuelles

Stéphanie THOMAS, Fédurock

Philippe BERTHELOT, Fédurock

Accessibilité des publics dans le secteur culturel en Europe ou comment renforcer les modes d'accès aux arts et à la culture
Table ronde proposée par Le Collectif des Festivals
Intervenant(s)

Emmanuel Ethis, Université d’Avignon

Sari Salovaara, Culture for All Service

Helena Ruhkala, Tapiola Sinfonietta

Claudine Bechet-Metz, Cultur’All

Catherine Louveau, Université Paris-Sud 11

Développement durable et festivals en Europe
Table ronde proposée par Le Collectif des Festivals

Avec l’accélération de la prise de conscience écologique dans nos sociétés, ce sont de nouvelles pratiques, de nouvelles solutions, de nouveaux produits, de nouveaux choix à opérer et de nouvelles stratégies qui apparaissent.

Les festivals de musique n’y ont pas échappé et là aussi, la prise de conscience environnementale est traduite par des actions concrètes. Du simple bon sens pour certains à la petite révolution pour d’autres, les festivals affirment chacun à leur façon une « éco-responsabilité » créant un nouveau territoire pour des « éco festivals ».

En Bretagne, un collectif de festivals s’est engagé pour un développement durable et solidaire, soutenu par la Région Bretagne et l’ADEME, menant une réflexion transversale vers un Agenda 21. A l’échelle européenne, l’association YOUROPE a défini les conditions d’un label « Green’n Clean » qui est attribué aux membres s’impliquant dans des actions environnementales.

A l’heure actuelle, où l’industrie de la musique est prise en pleine mutation, ces nouveaux modes de production des festivals contribuent-ils à redéfinir de nouveaux modèles économiques ?

Lors de cette table ronde, nous présentons les démarches, empreintes de la philosophie développement durable, des festivals au travers de deux expériences, bretonne et européenne. Nous invitons à débattre sur les méthodes et à imaginer les perspectives qui s’offrent pour les festivals.

Intervenant(s)

Ronan LE LOUARN, Agenda 21 – Région Bretagne

Maryline CHASLES, Agenda 21 pour les festivals bretons

Bernard BATZEN, YOUROPE

Sabine Funk, Rheinkultur Festival

Lionel Israël, Paléo Folk Festival

Stéphane LECOINTE, ADEME

Le mécénat dans le secteur des musiques actuelles
Rencontre proposée par le Ministère de la Culture et de la communication, la DRAC Bretagne et la CCI Rennes Bretagne.
Intervenant(s)

Frédéric ADAM, Mécénat – Les Eurockéennes de Belfort

Jakez L’HARIDON, Mécénat de particuliers Run Ar Puns

Loïc BRETEAU, Mécénat, partenariats Les Rendez-vous de l’Erdre

Elyane ROBINE, Chargée du développement à la mission du mécénat du Ministère de la Culture et de la Communication

Jean-Yves LE CORRE, DRAC Bretagne

Les réseaux européens en musiques actuelles
Table ronde proposée par l’Association Trans Musicales

Que peut attendre un acteur culturel en musiques actuelles de l’Europe ?

  • un territoire de travail
  • un réseau de professionnels
  • une aide financière
  • une ouverture vers d’autres sensibilités artistiques ?

Cette liste pourrait sans doute s’allonger à l’envi. Pas si sûr, car il semble que les acteurs culturels français soient parmi les moins tournés vers l’Europe et parmi les moins consommateurs de crédits !

Au delà de la confirmation, ou pas, que nous apporterons nos intervenants, cette table ronde peut tenter quelques explications : l’Europe ne nous propose-t-elle pas une autre vision de l’action publique ? Et de ce fait n’est ce pas un territoire à investir avec une nouvelle posture dans un nouvel esprit de collaborations et de partenariat ?

Une comparaison avec nos homologues des autres pays est elle opérable et que nous apprend-t-elle sur notre pratique ? Cette table ronde a donc un objectif très pragmatique : comment se repérer dans ce vaste territoire culturel et sous l’angle plus particulier des musiques actuelles ?

  • en faisant un état des lieux
  • en proposant une information sur les principaux programmes spécifiques et les coopérations existantes
  • en pointant également les évolutions institutionnelles en cours
Intervenant(s)

Fabienne TROTTE, Relais Culture Europe

Jean-Marc LECLERC, Directeur du Bureau européen de la musique

Jean-François MICHEL, Bureau Export de la musique française

Festivals de musique actuelle : Co-construire des indicateurs d’activité et d’évaluation
Table ronde proposée par le CNV

Des indicateurs d’activité et d’évaluation des festivals sont nécessaires aux porteurs de structures et projets festivaliers pour suivre l’économie du projet dans le temps et l’espace (au regard des autres festivals) et pour rendre compte à leurs partenaires (institutionnels, financiers…). Dans le cadre de son activité ressources et parce qu’il collecte de nombreuses informations auprès des redevables de la taxe fiscale, auprès de ses affiliés et auprès des porteurs de demandes d’aides, le CNV est en capacité de fournir aux structures des indicateurs quantitatifs concernant les produits et charges des festivals, des indications concernant leurs caractéristiques et permettant de construire une typologie. Afin de mieux identifier les attentes des acteurs, le CNV a proposé à une dizaine de personnalités qualifiées de participer à un groupe de travail portant sur la question des indicateurs au cours de du second semestre 2008. Ce groupe de travail propose de présenter succinctement les premiers résultats de ses travaux avant d’ouvrir le débat pour partager expériences et attentes avec l’ensemble des représentions de festivals présents aux Trans Musicales.

Intervenant(s)

David AMBIBARD, Direction culturelle du CG des Hauts de Seine, Chorus des Hauts de Seine, La Défense Jazz Festival

Béatrice DESGRANGES, Marsatac, Réseau des festivals de culture électronique

Lily FISHER, Printemps de Bourges

Michel GOUDARD, Alhambra Productions, Président de la commission festivals du CNV

Bruno GRAZIANA, Réseau chaînon, Collectif des festivals de Chanson francophone

Sophie GUENEBAUT, Zone Franche

Béatrice MACE, Association Trans Musicales

Charlotte RIVIERE, Lubéron Jazz

Yann RIVOAL, Fédération des festivals européens en préfiguration

Gestion sonore dans le spectacle vivant : méthodologie de prévention selon les publics
Proposé par AGI-SON

Risques professionnels

Nuisances sonores pour les riverains du spectacle vivant : éléments de prévention

Préconisation, prévention et réduction du risque pour les spectateurs du spectacle vivant

Intervenant(s)

Aurélie AMIARD, Prodiss, CNPS

Simon CODET-BOISSE, Président AGI-SON, représentant FEDUROCK, Directeur CONFORT MODERNE

Jean-François PAUX, CNV

Maurice AUFFRET, Acousticien conseil

Fabrice PEREZ, Association Techno +