Chanteur à 17 ans au sein des sulfureux Kalashnikov (1981-1986), Dominic Sonic débute ensuite une carrière solo marquée par son premier album « Cold tears » (Crammed discs) vendu à 50000 ex en Europe, suivi de deux albums chez Barclay, un chez Musidiscs et un au Village vert. Dominic a, depuis, écumé les festivals et les tournées en groupe et en solo. A l’heure où le plagiat devient la norme, il est bon de souligner que Dominic a rencontré la plupart de ses héros de jeunesse : il s’est nourri de ces rencontres.

Que ce soit en tant que comédien aux côtés de Jackie Berroyer ou qu’auteur soutenu par Jean Echenoz et Alain Bashung, invité aux Trans 2002 par les frères Asheton à chanter avec the Stooges ou tour manager avec The Sonics (pour ne citer qu’eux), Dominic a su gagner le respect de ceux qui ont contribué à façonner ce style particulier qui est le sien.

Alternant guitares cinglantes et chanson réaliste, poésie froide et psychédélisme, il ne s’interdit rien. Accompagné depuis 2007 (Phalanstère#7) par Frank Hamel et Patrick Sourimant (Mik Prima en studio) de Bikini Machine, Dominic Sonic nous revient avec un nouvel opus intitulé « Vanités#6 ». Journal intime illustré de riffs glam, de folk song et d’électro discrète, Vanités est un disque mature et inspiré ; une palette d’humeurs et de sons.

Deux clips sont d’ores et déjà disponibles sur youtube (réalisés par Jo Pinto Maia) : « Dad » et « Miracles ».

Dominic, après avoir produit et arrangé l’album « Amor » d’Olivier Delacroix, se consacre actuellement à l’élaboration de son prochain album.