Les projets coopératifs dans les dynamiques d’observation

L’OBSERVATION EST DEPUIS LONGTEMPS UN ENJEU DE PREMIERE IMPORTANCE DANS NOMBRE D’ORGANISATIONS ET DE STRUCTURES DU SECTEUR CULTUREL. ELLE PERMET DE RÉCOLTER DES DONNÉES, DONT LE TRAITEMENT ET L’ANALYSE SONT SOUMIS À DES OBJECTIFS DIVERS. LA COOPÉRATION ENTRE STRUCTURES ET ORGANISATIONS SUR LE SUJET DE L’OBSERVATION PERMET, GRÂCE AU CROISEMENT DES DONNÉES RÉCOLTÉES, D’APPROFONDIR LA CONNAISSANCE DES FONCTIONNEMENTS DE NOTRE SECTEUR…

L’observation est depuis longtemps un enjeu de première importance dans nombre d’organisations et de structures du secteur culturel. Elle permet de récolter des données, dont le traitement et l’analyse sont soumis à des objectifs divers. La coopération entre structures et organisations sur le sujet de l’observation permet, grâce au croisement des données récoltées, d’approfondir la connaissance des fonctionnements de notre secteur. Ces coopérations sont sous-tendues par des valeurs communes, elles-mêmes fondatrices des méthodes d’observation mises en places par les acteurs. Dans cet atelier, nous proposerons de nous pencher plus particulièrement sur ces processus coopératifs, à partir de l’expérience de quelques organisations qui présenteront leurs modalités d’observation  (périmètre, méthodologie, moyens humains et financiers …) et les finalités de ces travaux .

Dans un second temps, nous tenterons d’identifier des pistes d’action ou de travaux à mener en coopération pour répondre aux questions qui font jour pour le secteur culturel : comment favoriser le partage d’informations pour éviter la redondance de collecte auprès des structures ? Comment caler son périmètre de collecte d’informations en prenant en compte les sources déjà existantes et disponibles ? Comment favoriser les coopérations entre les acteurs sur l’observation dans un contexte de création de nouveaux observatoires nationaux ?

 

RESSOURCES