Financement des festivals : Faire ensemble, autrement

FACE AUX DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES DES FESTIVALS, LE FILM FINANCER C’EST PAS FESTOCHE CHOISIT DE METTRE EN LUMIÈRE DES MODÈLES ALTERNATIFS AUX FINANCEMENTS TRADITIONNELS.


LA PROJECTION SERA SUIVIE D’UN ECHANGE AVEC LES RÉALISATEURS.

 ll y a maintenant un an, un document au nom apocalyptique a fait son apparition dans les médias : « Cartocrise, culture française tu te meurs ». Emeline Jersol, médiatrice culturelle, souhaitait alors tirer la sonnette d’alarme concernant la suppression massive des festivals et structures artistiques à l’aide d’une carte nationale interactive. Au total : 215 disparitions recensées à ce jour. Dépôt de bilan, aléas du pouvoir politique ou réel impact de la baisse des subventions publiques ? Comment interpréter un chiffre aussi percutant ?

À travers le documentaire Financer c’est pas festoche, Lucile Chambon et Sylvain Thomasson choisissent de partager un regard alternatif et optimiste en réponse à ces funestes constats.

Disparition ou adaptation, l’exemple des festivals de musique – autant impactés que édiatisés – reflète une profonde mutation en cours. Comment le Festival peut-il retrouver sa viabilité économique ? Refusant d’abandonner ces moments éphémères, les organisateurs s’orientent de plus en plus vers des modèles alternatifs pour faire perdurer leurs événements musicaux, avec une évolution marquée du « faire ensemble ». Travail d’investigation précis sur le terrain, rencontres directes avec les acteurs du mouvement en marche, Lucile Chambon et Sylvain Thomasson ont exploré les coulisses de ce changement en allant à la rencontre de plusieurs festivals d’ampleurs différentes, sélectionnés pour la pertinence de leur réactivité face aux difficultés et pour la diversité de leurs stratégies.

Pour nourrir, étayer, voire contrebalancer les propos recueillis de ce côté de la scène, ils ont également choisi de donner la parole au corps politique, économique, journalistique et aux professionnels en collaboration avec le secteur musical.

Sans imposer de recette miracle le documentaire présente des modèles alternatifs pour le financement des festivals en insistant sur la nécessité d’imaginer de nouvelles relations entre les acteurs sociétaux. Rassembler et mutualiser tous les esprits impactés par la contrainte contemporaine reflète l’argument essentiel afin d’avancer ensemble.

À la suite de la projection du documentaire, les participants seront invités à échanger, débattre et témoigner en présence des réalisateurs Lucile Chambon et Sylvain Thomasson.

 

RESSOURCES